• "ECLIPSES JAPONAISES" d'Eric Faye

      Sae-Jin déambule dans l'aéroport de Berlin-Ouest. Elle est en attente de son vol à destination de Moscou. Quand tout à coup des policiers surgissent et l'arrêtent. En escale dans la ville allemande, elle est soupçonnée d'avoir fait exploser quelques heures auparavant le vol 858 de la Korean Air. Où cent vingt-deux personnes viennent de perdre la vie. Son faux passeport japonais et l'itinéraire douteux choisi pour rejoindre la capitale moscovite ont attiré l'attention sur elle. Et ont fini par la trahir. Et bien qu'elle s'exprime dans un japonais proche de la perfection, on la soupçonne très vite d'être un agent secret venu de Corée du Nord. 

       Après s'être murée dans le silence, elle passe finalement aux aveux. Oui son pays est bien le commanditaire de cet attentat. Il a voulu par cet acte déstabiliser et discréditer son ennemi du sud. Qui en cette année 1987, organise d'importantes élections et se prépare à accueillir dans quelques mois les jeux olympiques de Séoul. Et comme si cela ne suffisait pas, elle apprend aux enquêteurs après plusieurs interrogatoires que si elle parle aussi bien japonais, c'est parce que la Corée du Nord organise depuis les années soixante-dix des enlèvements de citoyens japonais. Sur les côtes du pays du soleil levant. 

       Ainsi Naoko Tanabe, son instructrice, a disparu un beau jour alors qu'elle revenait d'un entraînement de badminton. Kidnappée comme Setsuko Okada, partie s'acheter une glace, et qui n'a plus réapparu. Shigeru Hayashi, lui, allait poster sa thèse d'archéologie lorsque des hommes l'ont emmené de force. 

       Pendant de nombreuses années, et malgré la suspicion des autorités nippones, rien n'a été entrepris. Par manque de preuves. Pour ne pas accuser et froisser un pays avec lequel les relations ont toujours été très tendues. 

       Mais un journaliste proche de la retraite, Hideaki Minamoto, décide un jour de briser la loi du silence... 

    (Livre disponible chez Seuil au prix de 18 euros)