• "ENTRE HOMMES" de German Maggiori

      Une violence absolue gangrène certains quartiers de Buenos Aires. Que des bandes rivales se partagent ou se disputent au gré des trafics de drogue ou de prostitution. Où chacun défend avec acharnement ou cruauté son territoire ou son business. Où les flics corrompus croquent du dessous de table à tous les étages. Quand ils ne sont pas directement les instigateurs de la magouille. Il n'est donc pas rare d'y croiser policiers et voyous dans des tripots autour d'une table, ou d'y voir des orgies s'y tenir regroupant politiciens, juges, hommes d'affaires, putes ou travestis. 

       Sauf que tout cela doit rester secret. Ne pas être étalé au grand jour. Alors quand des petites frappes cherchent à faire chanter un sénateur, qui brigue un poste de gouverneur, avec une vidéo de ses ébats sexuels lors d'une soirée où une des prostitués invitées a fait une overdose, la petite clique des quartiers chauds est en effervescence. Et les forces de l'ordre, au sein desquelles règne une guerre des services, sur les dents. Car tout le monde veut mettre la main sur le précieux enregistrement. Pour diverses raisons. 

       Alors les fauves sont lâchés. Et c'est une course de vitesse qui s'engage à laquelle prennent part les inspecteurs Almada et Garmendia. Le premier est surnommé "le timbré", parce qu'il se récite constamment des articles du code de procédure pénale. Le second, "le monstre", car c'est un ex-tortionnaire du temps de la dictature, défiguré et avide de violence. Et eux aussi ont des méthodes pour le moins expéditives pour arriver à leurs fins. 

    (Livre disponible chez La dernière goutte au prix de 20 euros)