• "LA RENVERSE" d'Olivier Adam

      C'est un petit village breton qui s'ouvre sur la mer. Où Antoine a décidé de poser ses valises il y a de cela une dizaine d'années. Pour faire le vide autour de lui. Pour oublier un passé douloureux. Là, entre son travail de libraire, ses longues balades le long du rivage, son corps de ferme à l'abri de la fureur du monde, et sa relation avec Chloé, il vit au jour le jour sans se soucier de l'avenir et sans chercher à bâtir de projets à long terme. 

       Mais alors qu'il prend tranquillement un verre dans un des cafés du village, une nouvelle qui fait resurgir des temps anciens lui tombe dessus. La télévision annonce la mort dans un accident de la route de Jean-François Laborde. Une vieille connaissance. Inamicale. Car il est à l'origine de la destruction de sa famille et de son exil en ces terres lointaines. Sénateur-Maire de la ville de banlieue parisienne où Antoine a vécu son enfance, puis Ministre délégué, il a été impliqué dans un scandale sexuel qui finalement se terminera par un non-lieu. Par le suicide d'une des plaignantes aussi, qui l'accusait de viol. Lui et la mère d'Antoine. Qui était son adjointe à la mairie mais également sa maîtresse de longue date. Et qui l'accompagnait dans des jeux sexuels plus ou moins poussés, plus ou moins consentis. Avec des menaces sur les victimes pour qu'elles se laissent faire. Et surtout ne se plaignent pas. 

       Jusqu'au jour où tout cela a été découvert. Jetant l'opprobre sur la famille d'Antoine. Lui révélant ainsi qu'à son jeune frère Camille la vraie personnalité de leur mère. Tyrannique, manipulatrice, autoritaire. 

       Camille et Antoine sont alors partis. Dans des directions opposées. N'ayant pu supporter les conséquences de cette sordide affaire. Alors que leur père continuait de soutenir coûte que coûte son épouse. Contre vents et marées. 

       Aujourd'hui Antoine éprouve le besoin de refaire provisoirement le chemin en sens inverse. Pour solder définitivement cette histoire. 

    (Livre disponible chez Flammarion au prix de 19 euros)