• "LA TENTATION D'ETRE HEUREUX" de Lorenzo Marone

        Cesare Annunziata est un sacré personnage. Et le moins que l'on puisse dire est qu'il n'a pas l'intention de changer. Même à soixante-dix sept ans. Malgré les exhortations de son docteur qui lui recommande de ne plus fumer, de ne plus boire, d'éviter les coups de sang et le stress. Il n'a pas non plus décidé de modifier son attitude. Il a toujours été égoïste, ronchon et grincheux. Pourquoi cela ne devrait-il pas en être de même au crépuscule de sa vie ?

       D'autant qu'autour de lui peu de gens de son entourage trouvent grâce à ses yeux. Sa femme morte il y a cinq ans l'a, pérore-t-il, lâchement abandonné, sa fille est une coincée incapable de profiter de l'existence, et son fils un homosexuel qui n'ose pas le lui avouer. Quant à Marino, son ami de tant d'années, qui habite l'appartement en dessous du sien, il ne quitte plus son fauteuil, et Eleonora, sa voisine de palier, à peu près du même âge que lui, elle a fini par épouser l'odeur d'urine et de renfermé que lui apporte la multitude de chats qu'elle héberge. 

       Alors pour le peu de temps qu'il lui reste à profiter de la vie, il n'a pas l'intention de commencer à faire des compromis. Il veut continuer à déambuler dans les rues de Naples et rendre visite le plus possible à Rossana, sa maîtresse, une prostituée qu'il fréquente assidûment depuis deux ans. Sans se laisser envahir par les soucis du quotidien. 

       Mais l'emménagement dans son immeuble d'un nouveau couple va changer la donne. Emma est une jeune femme battue par son mari. Elle finit par se confier à lui, et trouve auprès de Cesare un réconfort et une écoute inattendus. Lui de son côté met tout en oeuvre pour essayer de la sauver des griffes de son époux violent. 

       Et voilà Cesare obligé pour la première fois de sa vie de briser sa carapace. De laisser derrière lui son individualisme légendaire. D'arrêter de jouer au vieux solitaire bourru. 

    (Livre disponible chez Belfond au prix de 20 euros)