• "LE CAS ANNUNZIATO" de Yan Gauchard

      Et dire que toute cette histoire commence par une plaisanterie ! En ce 16 mars 2002 dans le couvent dominicain de la place San Marco à Florence. Où Fabrizio Annunziato et un couple d'amis déambulent paisiblement entre ces murs reconvertis en musée national. 

       Fabrizio, farceur, joue à enfermer ses comparses dans une cellule monastique aux dimensions réduites. Tout le monde rit. Un peu moins Camelia dei Bardi, employée du musée, témoin de la scène, qui estime que l'on se doit de respecter un peu plus les lieux. Et décide de rendre la pareille au petit plaisantin. L'enfermant à son tour quelques instants. 

       Sauf que le jeu n'en devient plus un lorsque Fabrizio se retrouve vraiment prisonnier. Et qu'on oublie de venir le libérer. Ses amis, hilares, ont continué leur visite sans plus se préoccuper de lui, pensant qu'il a achevé sa promenade de son côté. Et Camelia, prévenue en urgence du décès soudain de son père au marché de Florence, a dû quitter précipitamment son travail. Laissant Fabrizio loin de ses pensées. 

       Le voilà donc obligé de passer la nuit sur place. Ce qu'il prend çà aussi à la rigolade. Après tout c'est dépaysant. Et cela va lui laisser du temps pour poursuivre un travail de traduction sur lequel il bute un peu. Sauf que le lendemain est un dimanche et que le musée est fermé. Ce qui prolonge d'autant plus sa réclusion. Qu'importe ! Ce qu'il n'avait en revanche pas prévu, c'est qu'une grève générale se déclenche en Italie la semaine suivante. Et que le musée, vidé de son personnel et des ses visiteurs, il soit livré à son sort.

       Finalement, après dix jours d'isolement, la porte de la cellule s'ouvre enfin. Et là, surprise, c'est lui qui désormais ne veut plus en sortir ! 

    (Livre disponible chez Editions de Minuit au prix de 12,50 euros)