•    Patience Portefeux en a marre. Marre de jouer le jeu. De l'honnêteté, du travail, de la moralité. Assez de se conformer aux règles d'une société qui lui permet à peine de subsister. Elle qui a dû élever seule ses deux filles suite à la mort prématurée de son mari. Qui a trimé comme une folle pour qu'elles ne manquent de rien. Et qui doit désormais assumer les frais de la maison de retraite de sa mère. 

       Même une institution comme la justice se moque d'elle. Traductrice-interprète judiciaire, elle retranscrit en français des écoutes téléphoniques en langue arabe. On pourrait penser que c'est un bon métier, bien rémunéré. Sauf que le ministère de la justice la paye en grande partie au noir, sans sécurité d'emploi, sans cotisations salariales, et surtout sans retraite. Bref, un statut précaire au possible. 

       Alors, un jour, elle décide de sortir des clous. De saisir une opportunité qui se présente. Une cargaison de cannabis abandonnée à la hâte dans la Beauce par des dealers en fuite. Qui finissent en prison. Une marchandise d'une qualité remarquable qui trouvera preneur sans aucun souci. Grâce aux écoutes téléphoniques qu'elle traduit pour les stups, elle sait comment traiter l'affaire. A qui revendre, à quel prix, et dans quelles conditions. Il ne lui reste plus qu'à se lancer.

       Ses clients la surnomment "la daronne". Parce qu'une femme de cinquante ans qui s'installe sur le marché des stupéfiants, ce n'est pas banal. Le commerce de la daronne ne fait que commencer. Et il va vite s'avérer super florissant...

    (Livre disponible chez Points/Policier au prix de 6,60 euros)


  •    Peut-on construire une vie de couple avec en toile de fond un drame du passé ? C'est ce que tente de réussir Ann depuis maintenant neuf ans auprès de Wade, son mari. Et même s'ils évitent d'évoquer la tragédie qui près d'une décennie plus tôt a mis fin brutalement au premier mariage de Wade, Ann ne peut s'empêcher en secret d'y penser régulièrement. 

       Surtout depuis qu'on a diagnostiqué à Wade la même maladie qui a emporté son père à l'approche de la cinquantaine. Des crises de démence qui lui font oublier des parties importantes de ses souvenirs. Un effacement progressif de la mémoire. Un émiettement inéluctable de son passé. 

       Au point de voir le brouillard recouvrir aussi ce tragique jour de l'été 1995. Où, partis en montagne pour ramasser du bois avec Jenny son épouse, et ses deux filles June et May, le malheur l'a terrassé. Sans qu'on sache aujourd'hui encore pourquoi, en cette belle journée d'août et sans signes précurseurs, Jenny a tué May à coups de hachette, provoquant la fuite de June dans la nature et le désespoir de wade. 

       Jenny qui a refusé de se défendre au tribunal a été condamnée à la prison à vie. May a été enterrée, June n'a jamais été retrouvée et demeure une enfant disparue, Wade a chassé son chagrin dans les bras d'Ann qui était alors son professeur de piano. 

       Alors que les faits et ses conséquences s'estompent dans la tête de wade, Ann n'a jamais été autant en quête de réponses. Au point que cela devient une véritable obsession. Progressivement, elle va chercher à comprendre ce qui s'est passé et à reconstituer l'histoire de cette famille, de Wade, et de leur tragédie. 

    (Livre disponible chez Gallmeister au prix de 23,50 euros)


  •    Le capitaine de police Christophoros Markou ne pensait pas devoir un jour remettre les pieds à l'université d'Athènes. Lui qui y a  pourtant passé avec succès un diplôme en criminologie. Se rappelant surtout s'y être ennuyé à mourir. Estimant avoir perdu son temps sur les bancs de la fac. Dans un enseignement trop théorique à son goût. Bien trop éloigné des réalités du terrain. 

       Mais un double homicide vient d'y être commis. Le voilà donc obligé de revenir arpenter les couloirs d'un endroit qu'il n'apprécie guère. Surpris comme beaucoup qu'un meurtrier puisse le choisir comme terrain de jeu. Car rien ne prédestinait une professeure aussi respectée qu'Irini Siomou, et le brillant doctorant Anghélos Kondylis, à y être assassinés. Surtout qu'il semble n'y avoir aucune logique entre ces deux meurtres. Les deux universitaires bien que travaillant sur des sujets parfois proches n'avaient que peu de rapports l'un avec l'autre. Ne se croisaient même quasiment jamais. 

       Au fil de ses investigations, Markou découvre que le département de criminologie de la fac de droit s'apparente à un vrai panier de crabes. Où rivalités, haines et ambitions cadencent les jours et dictent les comportements. La professeure surnommée "la vipère" par ses collègues et ses élèves était unanimement détestée. Le jeune étudiant quant à lui entretenait une relation amoureuse cachée avec le docteur Mavridis, membre de son jury de thèse et homme marié. Des rumeurs de détournements de fonds et de corruption circulent également entre les murs. On est décidément bien loin du calme et de la quiétude attendus dans un lieu comme celui-là. Qui s'enorgueillit aux yeux du monde de revendiquer son excellence. 

       Tant mieux ! Car Markou a décidé de frapper fort. Et de ne pas mettre de gants pour résoudre au plus vite cette enquête. 

    (Livre disponible chez Albin Michel au prix de 19,90 euros)

       


  •    Un lieu intemporel, protégé et éloigné des vicissitudes et du chaos de l'extérieur. De l'agitation perpétuelle du monde. Tel est ce qu'ont voulu créer Valentine et Gustave avec le magasin jaune. Un temple dédié aux jouets, havre de paix, de rêves et de joie.

       C'est Valentine qui en a eu l'idée. Car Gustave, banquier de profession, ne croyait guère en la réussite d'un tel projet. Surtout dans ces années vingt, face au développement croissant des grands magasins. Mais elle lui a dit qu'elle ne l'épouserait que s'ils rachetaient ensemble ce commerce auquel elle tenait tant. Alors par amour pour elle, il a cédé. 

       Ils se sont lancés dans l'aventure. Et au fil du temps, le magasin jaune est devenu le fleuron de la rue Germain-Pilon. A quelques pas de la place des Abbesses, à Paris. Les jouets anciens y côtoient les dernières nouveautés. Et ce mélange de classicisme et de modernité a fait la réussite de la boutique aux murs jaunes. Au delà des personnalités de Valentine et de Gustave, très appréciés des habitants de la rue. Plus encore lorsque quelques années plus tard, leur fille Germaine, surnommée Quinze, devient la meneuse enjouée de la bande de gamins du quartier. 

       Mais bientôt la guerre vient assombrir les rues de Paris. Qui découvrent l'occupation, les privations, les temps difficiles. Tant bien que mal, Valentine, Gustave et Quinze, essayent de conserver l'insouciance de l'endroit. Et d'apporter un peu de réconfort et de chaleur humaine aux habitants du quartier. Mais pour combien de temps ? 

    (Livre disponible chez JC Lattès au prix de 19 euros)


  •    Mat est de retour de congés. Après quelques jours loin de son dépôt-vente, il retrouve avec plaisir ses deux employés Mylène et Gary. Et fait comme à chaque fois qu'il s'est absenté l'inventaire des dernières acquisitions. 

      Or ce matin-là, la stupeur est au rendez-vous. Car parmi les objets enregistrés en son absence, se trouve un album dont les pages sont remplies de photos anciennes. Qui le représente lui et sa famille, dans son enfance. Lorsque avec son père et sa mère, il habitait Kerloch dans le Finistère. 

       Sauf que cet album est censé ne plus exister. Avoir été détruit par les flammes. Qui ont ravagé la demeure bretonne où il vivait et emporté ses deux parents. Lui a échappé au drame parce qu'il se trouvait à ce moment-là en colonie de vacances en Savoie. Il avait alors six ans. Sa tante et son mari qui n'avaient pas d'enfant l'ont alors recueilli. Et ont décidé de quitter les lieux afin de lui offrir une autre vie en région parisienne. 

       Mais alors qu'il se remet à peine de cette découverte et cherche à savoir qui est la mystérieuse inconnue qui a déposé cet album, on fracture la porte de son dépôt-vente. Puis dans la foulée, la maison qu'il partage avec Anna, sa compagne, et Laurie, sa fille, le havre de paix qu'ils ont mis tant de temps à dénicher puis à restaurer, est incendié à son tour. 

       Qui cherche donc après toutes ces années à rouvrir les plaies du passé ? Quel message entend-on lui faire parvenir ? Et surtout, pourquoi maintenant après plus de trois décennies de silence et d'oubli ? 

    (Livre disponible chez Fleuve Noir au prix de 18,90 euros)






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires