•    La révolution numérique est en marche et apporte chaque jour avec elle sont lot de nouvelles applications. Et s'il en est une qui est devenue la référence absolue, c'est l'eVal. Elle permet en temps réel de quantifier tout et surtout tout le monde. Ainsi les êtres humains se voient attribuer une nOte représentée par trois nuances de couleurs : vert, orange, rouge. Un simple clic sur votre ordinateur ou sur votre smartphone et vous savez dans la seconde à qui vous avez affaire. 

       Si votre profil penche vers le vert, toutes les portes s'ouvrent et on ne vous refuse rien. A l'inverse si vous naviguez entre le orange et le rouge, les possibilités se raréfient voire s'éteignent. Tout cela reste pour autant très aléatoire et subjectif. Et c'est bien là le problème. Surtout que les administrations s'appuient désormais dessus pour justifier des refus. 

       La preuve lorsque Olivia Muller, grande figure de la Comédie-Française, voit sa demande d'adoption rejetée au prétexte que sa nOte penche vers le orange. C'est incompréhensible. Elle qui rayonne tous les soirs sur les planches, comédienne de théâtre reconnue et respectée, qui, au début de sa carrière, connut même un succès populaire et critique au cinéma. Désespérée, elle se confie au hasard d'une rencontre à un journaliste, Léandre Batz, grand fan de l'actrice, et atterré par la tournure des événements.

       C'est que Léandre commence à en avoir marre de l'abus de cette technologie, omniprésente, aveuglante et inhumaine. Il décide alors de s'attaquer à eVal et d'en dénoncer les effets pervers. Sauf que le créateur de cette application star, devenu grâce à elle milliardaire, n'est autre que...son frère Robin ! 

    (Livre disponible chez Seuil au prix de 18 euros)


  •    A-t-on le droit dans sa vie de prendre un jour un chemin différent ? Autre que celui qui nous était à l'origine destiné ? Au risque de rompre partiellement ou définitivement avec son milieu, sa culture, sa famille ? 

       Ces questions sont depuis toujours au centre du travail de Gene Neveva. Universitaire américaine, elle est invitée en 1975 à venir pour une année donner des cours dans une petite ville des Landes. Elle a bâti sa renommée sur des écrits racontant des destins peu communs. Des femmes qui, à l'époque de la conquête de l'ouest aux Etats-Unis, ont été enlevées par des tribus indiennes et n'ont jamais voulu, une fois libérées, revenir à la civilisation. Préférant poursuivre une vie sauvage. 

       C'est pourquoi alors qu'elle coule des jours paisibles en France, elle est contactée par un avocat américain qui doit participer dans son pays à un procès retentissant. Celui de Patricia Hearst, fille du magnat de la presse US, qui a été kidnappée par un groupe révolutionnaire dont elle a ensuite épousé les thèses. Au point de participer avec ses ravisseurs au braquage d'une banque à San Francisco. Arrêtée, elle affirme avoir été consentante et consciente de ses actes. Ses parents dénonce un lavage de cerveau perpétré par ses geôliers. Qu'ils l'ont manipulée malgré elle. 

       Gene Neveva a quinze jours pour établir un rapport pouvant aider la défense à prouver l'innocence de l'héritière Hearst. Qui risque vingt ans de prison. Elle engage Violaine, une jeune étudiante du coin, pour la seconder dans sa tâche. Pour faire le tri dans l'imposante documentation mise à sa disposition. 

       C'est le début d'une collaboration faste qui va bouleverser la teneur du rapport, le quotidien de Gene, l'avenir de Violaine...

    (Livre disponible chez Actes Sud au prix de 19,80 euros)


  •      C'est l'été à Killarney, au sud-ouest de l'Irlande. Même si là-bas, malgré la saison, les journées ensoleillées se partagent toujours avec celles où la pluie règne en maître. Qu'importe, le charme des lieux continue d'attirer son lot de touristes. Et la vie s'écoule paisiblement. 

       Mais cette année, rien ne va se passer comme d'habitude. Et la bande de trentenaires que composent Bernard, Jack, Marian, Cathy et Mags va perdre définitivement son innocence. 

       Fini pour Bernard de passer aux yeux de tous pour l'idiot du village. Qui transporte dans sa calèche, avec Ninny sa vieille jument, les visiteurs de la ville. Fan de blues, guitariste hors pair entre les murs de sa chambre, c'est l'heure de l'émancipation. Un soir au pub, avec son instrument entre les mains et devant un auditoire subjugué, il sort enfin de sa coquille. 

       Terminé pour Jack de jouer les séducteurs à deux-balles auprès de la gent féminine et les brutes notoires sur les terrains de football gaélique. La violence qu'il couve en lui explose sans crier gare et le fait aller trop loin. 

       Fini aussi pour Mags et Cathy de courir après des chimères. Et de se battre pour l'amour de Jack. Qui ne les aimera jamais et ne les épousera pas plus. Il est désormais temps pour elles de tourner la page. Et de chercher à construire un avenir entre d'autres bras protecteurs. 

       Terminé également pour Marian les faux-semblants. Elle est attirée quoi qu'elle en dise par Bernard. Qui lui voue une admiration sans bornes depuis l'enfance. C'est peut-être le moment de laisser enfin parler ses sentiments. 

    (Livre disponible chez Rivages au prix de 21 euros)


  •    La seconde guerre mondiale vit ses dernières heures en ce printemps 1945. Et bien que les troupes allemandes se retirent progressivement d'Italie, elles sont encore stationnées à Venise. Cenzo, pêcheur dans la lagune, ne le sait que trop. Lui qui croise régulièrement des canonnières militaires dans les eaux de Pellestrina, petit village dans la périphérie de Venise. Même si cela n'affecte pas son travail, cette présence étrangère demeure pesante. 

       Surtout lorsqu'un soir il recueille à bord de son bateau une jeune femme juive qui fuit les nazis. Giulia s'est échappée de l'hôpital où elle se cachait avec sa famille. Lors de la rafle, elle a été la seule à pouvoir s'enfuir. Excellente nageuse, elle s'est réfugiée dans la lagune, persuadée d'y être en sécurité. Mais les Allemands, bien qu'en déroute, que la guerre soit définitivement perdue pour eux, lancent leurs dernières forces dans la bataille. Et veulent à tout prix retrouver Giulia et lui faire subir le même sort que les autres. 

       Bien qu'apolitique, mais touché par son histoire, Cenzo décide de la cacher. Petit à petit, une complicité et des liens affectifs se créent. Il lui apprend les techniques de pêche ancestrales, elle lui parle de sa passion pour la poésie. 

       Mais dans l'ombre le danger rôde et l'étau autour d'eux se resserre. A contrecoeur, il n'a pas d'autres choix que d'organiser la fuite de Giulia. Il contacte alors son ami Russo, pêcheur comme lui, en lien régulier avec les résistants. Les amants doivent se séparer. Sans pouvoir se faire de promesses. Sans savoir non plus s'ils se reverront un jour.

    (Livre disponible chez Calmann Lévy au prix de 21,50 euros)


  •    Chaque année au début du mois de juillet, c'est le même rituel pour le petit Jacques, neuf ans. Il part passer quinze jours de vacances en compagnie de sa soeur Martine, son aînée de trois ans, et de son père Jean. A Vieux-Boucau, dans les Landes. 

       C'est que depuis cinq ans, son père troque l'été son costume de garagiste à Bordeaux pour endosser celui de maître-nageur-sauveteur bénévole sur cette jolie plage nichée à proximité de Soustons. Un moment de pur bonheur pour Jacques qui idolâtre son paternel. Et qui le reste du temps ne profite de lui qu'un jour par semaine, le jeudi, depuis le divorce de ses parents. 

       Il passe ainsi ses journées au pied du poste de secours à rejouer les étapes du tour de France cycliste avec ses figurines miniatures, pendant que son père règne en maître sur les lieux. Car Jean est une véritable attraction à lui tout seul. Et écrase de son autorité et de sa présence ce petit bout de territoire. Les hommes veulent à tout prix être amis avec lui, et les femmes ne résistent pas longtemps à son corps d'athlète. Au point d'en éclipser les autres sauveteurs, pourtant titulaires, du paysage. 

       Mais cette année, une autre attraction débarque à Vieux-Boucau. Et elle est de taille. Car un matin, quelle n'est pas la surprise des habitués de voir surgir le grand Jacques Brel et sa famille sur la plage. En villégiature  pour trois jours dans la région, ils comptent profiter pleinement des charmes de l'endroit. Et le petit Jacques ne se doute pas un instant qu'il va passer là les plus belles vacances de toute sa vie. 

       Car son père devient vite complice avec le chanteur, et lui le seul gamin autorisé à jouer avec Pierre et Sylvie, les enfants du couple. Jacques Brel se montre jovial, curieux, ouvert, et avec son épouse ils se fondent parfaitement dans le décor. Père et fils partagent avec eux des moments magiques, inoubliables. 

       Pourtant, une fois l'artiste belge et sa famille repartis, un article publié dans un journal sème le doute. Et si celui que son père a pris pour Brel n'était en fait qu'un sosie ? 

    (Livre disponible chez Albin Michel au prix de 19,50 euros)






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires