• "UNE FILLE, QUI DANSE" de Julian Barnes

       C'est l'histoire d'une belle amitié entre quatre lycéens dans le Bristol des années soixante.

       Tony, Alex, Colin et Adrian passent leur temps entre discussions philosophiques, escapades dans les rues de Londres, rêves d'avenir et de carrière. Dans l'Angleterre prude de cette période, le sexe opposé n'est pas absent de leur esprit. Et c'est Tony qui le premier tire le gros lot en rencontrant Veronica. La romance hélas ne dure pas, Tony ayant du mal à s'engager plus sérieusement, Veronica à véritablement céder à ses avances. L'histoire aurait pu s'arrêter là...

       Les quatre amis poursuivent leur chemin dans des universités différentes tout en restant en contact. Mais l'unité du groupe s'étiole lorsque revient aux oreilles de Tony que Veronica et Adrian sont en couple. Désabusé, se sentant trahi, il leur expédie une lettre incendiaire, leur souhaitant le pire, et surtout désirant couper désormais toute relation avec eux. Encore une fois, l'histoire aurait pu s'arrêter là...

       Sauf qu'à la fin de ses études et après un exil de six mois aux Etats-Unis, Tony apprend de retour à Bristol qu'Adrian s'est suicidé. L'histoire aurait dû s'arrêter là...

       Mais tout ce passé enfoui, évanoui, ressurgit dans la vie de Tony quarante ans plus tard. Alors qu'il est désormais à la retraite, coulant des jours paisibles entre ses activités de bénévolat à la bibliothèque d'un hôpital, ses déjeuners hebdomadaires avec son ex-épouse Margaret, et des visites régulières à Susie, sa fille, un notaire le contacte et vient troubler ce bel équilibre.

       Il est question d'héritage, d'amitiés anciennes, d'amours contrariés, et d'une lettre envoyée bien des décennies plus tôt et qui a peut-être fait plus de ravages que Tony ne le pensait.

    (Livre disponible chez Mercure de France au prix de 20 euros)